Épargnons-nous les statistiques ennuyeuses citées dans chaque article traitant des ulcères gastriques équins. Si vous gardez votre cheval dans une stalle et/ou l’entraînez à n’importe quel niveau et que vous êtes encore en train de lire cet article, il est très probable que votre cheval ait des ulcères.

Pourquoi ? Murray (1994) a démontré qu’une alternance de périodes d’alimentation et de retenue du foin entraînait une érosion et une ulcération progressives de la muqueuse squameuse épithéliale gastrique (partie supérieure de l’estomac).

De plus, les concentrés (alimentation à base de céréales) ont un effet dans le développement et la progression des ulcères (Nadeau et al., 2000). Le confinement dans les stalles aussi, mais il est éclipsé par les facteurs susmentionnés de l’alimentation à base de céréales et par tout ce qui n’est pas une alimentation constante ou le pâturage de fourrages (Murray et Eichorn, 1996).

Il y a de fortes chances que votre cheval, s’il est entraîné, soit sous-alimenté, nourri avec des céréales ou logé dans une stalle et qu’il développe ou ait déjà développé des ulcères. Sans vouloir simplifier à outrance cette question complexe, la documentation souligne constamment deux causes fondamentales des ulcères : 1) le stress et 2) la privation d’aliments. Vous ne pouvez pas négliger le stress ; car le moindre changement dans son environnement et sa routine stressera le cheval.

Déterminer si votre cheval a vraiment des ulcères n’est pas une tâche facile. Leurs signes cliniques ne sont pas spécifiques et comprennent le manque d’appétit, la perte de poids ou une mauvaise condition physique, des coliques légères ou récurrentes et des selles molles (Bell et al., 2007). Il n’y a pas de marqueurs hématologiques ou biochimiques actuellement disponibles pour diagnostiquer les ulcères (Vatistas et al 1999). Répétons ensemble : Il n’existe pas de marqueurs disponibles à partir d’un échantillon de sang ou de matières fécales pour diagnostiquer les ulcères gastriques ! L’évaluation endoscopique est la seule façon de s’en assurer, mais même dans ce cas, le degré d’ulcération n’est pas toujours en corrélation avec les symptômes.

Traitement des ulcères chez le cheval

La gestion et le régime alimentaire sont les premiers points de départ pour le traitement des ulcères, mais parfois d’autres interventions sont nécessaires en fonction de la profession/des activités du cheval. Les inhibiteurs de la pompe à protons, comme l’Oméprazole, sont l’un des traitements les plus courants. Les antagonistes des récepteurs H2, tels que la cimétidine, sont moins courants. Ils tentent tous deux de faire la même chose, c’est à dire limiter la production d’acide dans l’estomac et augmenter le pH de l’estomac.

C’est excellent pour traiter les ulcères, mais pas tellement pour la digestion, car c’est le but principal de l’estomac que d’acidifier les aliments et d’activer les enzymes locales. Ces médicaments ont été utilisés avec beaucoup de succès pour aider à soulager les symptômes et à traiter les ulcères, mais comme pour toutes les classes de médicaments, leur utilisation continue n’est pas sans soucis et coût pour la plupart des propriétaires de chevaux.

La plupart veulent chercher des alternatives naturelles. Le marché est envahi de compléments qui prétendent aider au traitement des ulcères, mais peu, voire aucun, ne dispose d’autre chose que des preuves anecdotiques de son efficacité. La plupart des propriétaires de chevaux se retrouvent donc à la croisée des chemins, s’en tiennent à un traitement médicamenteux chronique ou tentent de naviguer dans la mer des revendications sur le marché des compléments et espèrent que les dollars dépensés fourniront à leur compagnon de compétition plus qu’un placebo pour le propriétaire.

Par ailleurs, les propriétaires de chevaux peuvent se tourner vers une alternative aux médicaments, testée cliniquement, qui utilise les ingrédients nutraceutiques les plus récents pour soulager la douleur des ulcères et favoriser la guérison. Visceral+ a été développé et testé en collaboration avec des vétérinaires pour aider à réduire la dépendance aux traitements à l’Oméprazole et a conclu avec succès des essais cliniques, avec des résultats très positifs.

Combien de temps faut-il pour traiter les ulcères chez les chevaux ?

Une question souvent posée, mais à laquelle il est difficile de répondre est : « Combien de temps faut-il que les ulcères guérissent ? » Murray et coll. (1994) ont constaté que les lésions superficielles peuvent guérir en seulement 7 jours, mais que dans le cas de blessures plus profondes, la guérison peut prendre jusqu’à 3 mois. C’est un large éventail. Non seulement le degré d’ulcération était important, mais l’emplacement avait un impact sur le temps de guérison.

Furr et Murray (1999) ont indiqué que les lésions le long du plicatus margo étaient celles qui mettaient le plus de temps à guérir. De plus, la cause doit être éliminée pour que la guérison soit complète. Sans éliminer la cause fondamentale, on peut s’attendre à devoir faire face aux complications des ulcères ou au moins à devoir maintenir son cheval sous traitement pour les ulcères jusqu’à éléminer l’agent causal fondamental.

Les ulcères gastriques sont une réalité frustrante pour les chevaux de compétition qui leur coûte non seulement en performance, mais aussi en bien-être. La meilleure solution est évidemment de fournir une alimentation et un environnement optimaux, mais lorsque cela ne peut pas toujours être le cas, il existe au moins des traitements appropriés pour maintenir la santé, le bien-être et les performances de votre compagnon.

 

References

  1. RJW Bell , TD Mogg & JK Kingston. Equine gastric ulcer syndrome in adult horses: A review, New Zealand Veterinary Journal, 55:1, 1-12, 2007
  2. Furr MO, Murray MJ. Treatment of gastric ulcers in horses with histamine type-2 receptor antagonists. Equine Veterinary Journal (Supplement 7), 77–9, 1989
  3. Murray MJ. Equine model of inducing ulceration in alimentary squamous epithelial mucosa. Digestive Diseases and Sciences 39, 2530–5, 1994
  4. Murray MJ, Eichorn ES. Effects of intermittent feed deprivation, intermittent feed deprivation with ranitidine administration, and stall confinement with ad libitum access to hay on gastric ulceration in horses. American Journal of Veterinary Research 57, 1599–603, 1996
  5. Nadeau JA, Andrews FM, Mathew AG, Argenzio RA, Blackford JT, Sohtell M, Saxton AM. Evaluation of diet as a cause of gastric ulcers in horses. American Journal of Veterinary Research 61, 784–90, 2000
  6. Vatistas NJ, Snyder JR, Carlson G, Johnson B, Arthur RM, Thurmond M, Zhou H, Lloyd KL. Cross-sectional study of gastric ulcers of the squamous mucosa in Thoroughbred racehorses. Equine Veterinary Journal (Supplement 29), 34–9, 1999