Glossaire

Glossaire2020-04-06T10:07:56-05:00
Vous trouverez ci-dessous les définitions de certains termes couramment utilisés dans le contexte de la nutrition des chevaux sur ce site. Vous avez des questions sur les suppléments ou les besoins nutritionnels de votre cheval ? Envoyez-nous un message et notre équipe d’experts en nutrition équine se fera un plaisir de vous aider à concevoir le bon programme nutritionnel pour votre cheval !
Acide ascorbique (C)2019-07-30T15:43:51-05:00

La fonction première de la vitamine C est de prévenir ou guérir le scorbut. Elle participe aussi au développement du cartilage, des os et de la dentine et elle est nécessaire à la cicatrisation des plaies et au maintien de l’intégrité des cellules endothéliales. L’acide ascorbique est un antioxydant et un cofacteur d’enzymes impliqués dans la synthèse du collagène, de la carnitine et de la norépinéphrine. Les chevaux peuvent synthétiser leur propre vitamine C et aucun besoin de supplémentation n’a été démontré.

Acide folique (B9)2019-07-30T15:53:46-05:00

Les termes génériques folate et folacine désignent des molécules montrant des structures chimiques et des caractéristiques nutritionnelles semblables à celles de l’acide folique. L’acide folique et l’acide dihydrofolique doivent être réduits par la réductase dihydrofolate, un enzyme cytosolique, puis en tétrahydrofolate (THF). Au cours du métabolisme des acides aminés et des différentes réactions chimiques qui y sont associées, le THF reçoit des unités monocarbonées. Ces dérivés deviennent alors donneurs de carbone pour diverses autres réactions synthétiques.

Acide pantothénique (B5)2019-07-30T16:14:14-05:00

L’acide pantothénique, accompagné de cystéine et d’ATP, est une vitamine B essentielle à la synthèse de la coenzyme-A. En tant que constituant de la CoA, l’acide pantothénique participe à la production d’énergie par le biais des hydrates de carbone, des lipides et des protéines. Au nombre de ses autres fonctions : la production de globules rouges et d’hormones, la synthèse de cholestérol et la fabrication d’autres vitamines, par exemple la riboflavine.

Toutes les plantes contiennent de l’acide pantothénique, mais il peut aussi être synthétisé par les bactéries intestinales. L’alimentation des chevaux, à base de fourrages, fournit amplement de vitamine B5; aucun cas de carence ou de toxicité n’a été répertorié.

Certains chevaux pourraient toutefois profiter d’un apport supplémentaire en vitamine B5, notamment ceux soumis au stress du transport et de la compétition, ainsi que ceux qui sont très actifs ou en croissance.

Acides aminés2019-07-30T15:43:34-05:00

Les acides aminés, au nombre de 21, sont essentiels à la construction des diverses protéines. Les 21 acides aminés incluent la sélénocystéine, qui est requis par tous les mammifères. Les acides aminés permettent la synthèse des protéines et autres biomolécules. Ils peuvent être dégradés et utilisés pour produire du glucose par la voie de la gluconéogenèse, un processus qui mène à la séparation de la molécule d’azote de l’acide aminé. L’organisme doit alors se débarrasser de l’azote, ce qu’il fait en transformant l’ammoniac (forme d’azote) en urée, qui sera au final excrété.

Acides gras2019-07-30T15:53:31-05:00

La structure des acides gras est faite d’une chaîne linéaire d’hydrates de carbone et d’un groupe acide carboxylique.
Ils forment les lipides plus complexes, communément appelés gras ou matières grasses. Leur importance est cruciale comme source d’énergie, mais aussi pour la production de molécules bioactives. Parmi les acides gras, deux sont essentiels, ce qui signifie qu’ils doivent provenir de l’alimentation, l’animal n’ayant pas la capacité de les synthétiser. Il s’agit des acides gras oméga-6 et oméga-3, soit l’acide linoléique (18:2 n-6) et l’acide alpha-linolénique (18:3 n-3).

Les omégas-3 et omégas-6 peuvent être convertis en acides gras à plus longue chaîne, hautement insaturés, et c’est ce qui les rends essentiels. En plus d’être partie prenante des membranes cellulaires, ils agissent comme précurseurs d’importantes molécules appelées eicosanoïdes.

Les acides gras sont classifiés de différentes façons, la plus fréquente étant la suivante (exemple de l’acide alpha-linolénique) : 18:3 n-3 (chaîne de 18 carbones, avec 3 doubles liaisons, à partir du 3e carbone au départ de l’extrémité oméga de la chaîne).

La longueur des chaînes d’acides gras des aliments et des tissus corporels varie de 4 à 24 atomes de carbone. Les acides gras peuvent être saturés, mono-saturés (une seule double liaison de carbone) ou polyinsaturés (deux doubles liaisons de de carbones ou plus).

D’un point de vue nutritionnel, les acides gras oméga-3 attirent de plus en plus l’attention dû à leurs effets hypolipidémique et antithrombotique, ce qui les rends particulièrement intéressants pour les chevaux souffrant d’insulinorésistance. Aussi, la teneur de la ration alimentaire en acides gras essentiels a une influence non négligeable sur les capacités du système immunitaire; en effet, au cours de la synthèse des prostaglandines, les oméga-6 agissent comme précurseurs de la réponse pro-inflammatoire, alors que les acides gras oméga-3 agissent comme précurseurs de la réponse anti-inflammatoire. L’apport de chacun dans la ration et l’équilibre entre les deux est un élément à prendre en considération.

Analyse chimique par voie humide2019-07-30T16:22:28-05:00

Ce terme englobe un nombre de méthodes scientifiques permettant d’analyser des échantillons d’aliments. Les analyses se font en laboratoire à l’aide de solutions acides ou basiques, de solvants ou autres produits chimiques.

Azote non protéique (NPN)2019-07-30T16:13:42-05:00

L’ANP représente la part d’azote d’un échantillon alimentaire qui n’est pas sous forme de protéine. L’urée et l’ammoniaque sont les formes d’ANP les plus communes. Toxiques pour les chevaux, elles ne doivent en aucun temps faire partie de leur alimentation. L’alimentation des ruminants contient souvent de l’urée ou de l’ammoniaque puisque les bactéries qui peuplent le rumen peuvent les utiliser pour synthétiser des acides aminés.

Base de matière sèche2019-07-30T15:45:29-05:00

Les résultats d’analyse d’un aliment s’expriment de deux façons : tel que servi (TQS) ou sur une base de matière sèche (MS). Tous les aliments contiennent une certaine quantité d’eau, rapportée en pourcentage d’humidité. La teneur en eau des aliments varie beaucoup. Les fourrages ensilés et les pâturages frais présentent des pourcentages d’eau ou d’humidité élevés, de 65 à 75% respectivement. Le foin sec et autres aliments souvent utilisés en nutrition animale montrent des taux d’humidité plus bas, soit de 10 à 12%. La concentration en nutriments des aliments commerciaux est présentée sur une base TQS. Au moment d’établir une ration, il est important d’utiliser les mêmes valeurs (TQS ou MS) pour tous les aliments.

Besoins nutritionnels2019-07-30T16:13:59-05:00

Les besoins nutritionnels correspondent à la quantité minimale de nutriments (énergie, protéine, minéraux et vitamines) nécessaires pour combler les besoins d’un animal selon son stade de vie (entretien, croissance, reproduction, lactation, exercice). Ces besoins sont établis sans tenir compte des marges d’erreur possibles au moment de la formulation de la ration alimentaire (imprécision de l’analyse des aliments, incertitude quant à la quantité d’aliments réellement consommés par le cheval, etc.). Il est donc important de garder une certaine marge de sécurité au moment d’établir la diète d’un cheval. Aussi, il faut rappeler que les besoins nutritionnels établis par le NRC ont pour but de prévenir les symptômes manifestes de carences et ils ne permettent pas nécessairement de fournir une nutrition optimale.

Biotine (B7)2019-07-30T15:45:49-05:00

Dans les cellules, la biotine est liée par covalence aux enzymes. Ces enzymes ont plusieurs fonctions : 1) ils renouvèlent l’oxaloacétate nécessaire au cycle de Krebs et à la glycogenèse, 2) ils fournissent de l’acétate pour la synthèse des acides gras, 3) ils participent au mécanisme métabolique de certains acides aminés et acides gras, 4) ils permettent le catabolisme de la leucine et de certaines molécules isoprénoïdes. La biotine est impliquée dans les réactions de transfert
CO2 et dans les réactions de carboxylation.

Calcium (Ca)2019-07-30T15:46:07-05:00

Le calcium est le cation divalent le plus abondant dans l’organisme; il représente 1,5% du poids corporel total. Environ 99% du calcium se trouve dans les dents et les os et 1% dans les fluides intra et extracellulaires. En plus d’être une composante majeure des dents et des os, le calcium participe à la régulation hormonale et intracellulaire, la contraction musculaire, la coagulation sanguine et l’activation de certains systèmes enzymatiques.

Cellulose2019-07-30T15:46:39-05:00

La cellulose, qui fait partie du groupe des hydrates de carbone structuraux, est le constituant principal de la paroi cellulaire des végétaux. C’est l’hydrate de carbone le plus abondant sur terre. La cellulose est constituée d’une chaîne linéaire de molécules de glucose liées par des liaisons bêta-1,4. Les mammifères ne possèdent pas les enzymes nécessaires au bris des liens bêta-1,4 ce qui les rend incapables de digérer la cellulose. Les bactéries du gros intestin du cheval ont toutefois cette capacité, ce qui permet à l’animal de profiter d’une quantité substantielle d’énergie dérivée de la cellulose; c’est un bon exemple de symbiose entre le cheval et la population bactérienne de son gros intestin. La cellulose n’est habituellement pas analysée en laboratoire, mais on peut l’estimer de la façon suivante :

Cellulose = FDA – (LDA + cendres); FDA et LDA correspondent à la fibre au détergent acide et à la lignine au détergent acide.

Cendres2019-07-30T15:44:07-05:00

Cette valeur correspond au résidu d’un échantillon d’aliment brûlé à haute température; ce résidu est composé d’éléments minéraux inorganiques.

Chlore (Cl)2019-07-30T15:46:57-05:00

Le chlore est l’anion le plus abondant dans le liquide extracellulaire (88%); le liquide intracellulaire en contient donc seulement 12%. Sa charge négative permet de neutraliser la charge positive des ions sodium et, pour cette raison, il demeure très important de maintenir l’équilibre électrolytique de l’organisme. En plus de son rôle crucial en tant qu’électrolyte, le chlore est nécessaire à la production de l’acide chlorhydrique sécrétée par les cellules pariétales de l’estomac. Il participe aussi à l’échange d’anions dans les cellules du sang.

Choline2019-07-30T15:47:15-05:00

La choline est essentielle à la fabrication et au maintien de la structure cellulaire; c’est une composante de la lécithine, une substance lipidique. Dans les lécithines, la choline, reliée au glycérol de la molécule par une liaison d’acide phosphorique, remplace l’un des acides gras. Grâce à divers mécanismes, dont l’hydrolyse enzymatique de la lécithine et de la sphingomyéline, des réserves de choline, desquelles le neurotransmetteur acétylcholine est synthétisé, restent disponibles. La choline peut être synthétisée dans le foie en autant que la quantité de méthionine est suffisante. Son rôle dans le métabolisme des graisses est essentiel car en transformant l’excès de gras en lécithine et en augmentant l’utilisation des acides gras, elle prévient l’accumulation de gras dans le foie. Bref, la choline participe à la neurotransmission, au métabolisme des acides gras dans le foie et au maintien de la structure cellulaire.

Chrome (Cr)2019-07-30T15:47:32-05:00

Aucun codépendance enzymatique pour le chrome n’a encore été identifiée. Cet oligo-élément demeure toutefois essentiel dû à son rôle d’activation de l’insuline. Le chrome peut être complexé avec l’acide nicotinique et les acides aminés pour former un complexe organique appelé facteur de tolérance au glucose (FTG). Le FTG permettrait les liaisons disulfures entre l’insuline et les récepteurs d’insuline; en présence de chrome, l’hormone insuline s’avère donc plus efficace. Le rôle principal du FTG est d’optimiser l’activité de l’insuline, ce qui influence l’absorption du glucose par les cellules et le métabolisme intracellulaire des hydrates de carbone et des lipides.

Cobalamine (B12)2019-07-30T15:49:21-05:00

Le terme vitamine B12 est générique et regroupe des molécules appelées corrinoïdes, chacune dotée d’un noyau corrine. Ce dernier est un anneau macrocyclique composé de quatre anneaux pyrroles reliés; au centre du noyau corrine de la vitamine B12 se trouve un atome de cobalt. La cobalamine est impliquée dans la méthylation de l’homocystéine en méthionine et dans la conversion du méthylmalonyl-CoA en succinyl-CoA.

Cobalt (Co)2019-07-30T15:49:40-05:00

Les espèces animales monogastriques et l’être humain doivent obtenir le cobalt dont ils ont besoin dans sa forme active :
vitamine B12. Si ces espèces reçoivent une quantité adéquate de vitamine B12 , il est inutile d’ajouter du cobalt pour combler leurs besoins ou espérer apporter des bénéfices supplémentaires. Le cobalt est toutefois essentiel pour les ruminants, des polygastriques, puisqu’il doit être incorporé à la vitamine B12 par les micro-organismes du rumen. Soutenir le métabolisme en tant que composante des vitamines B12 est le seul rôle connu du cobalt.

Concentrés2019-07-30T15:49:57-05:00

Ce terme fait le plus souvent référence aux aliments pour chevaux riches en énergie ou protéine, mais faibles en fibre, par exemple le maïs, le tourteau de soya, l’avoine, le blé, la mélasse, etc.

Conseil national de recherche2019-07-30T16:00:51-05:00

L’énergie nette fait référence à l’énergie réellement disponible pour l’entretien, la croissance ou l’exercice. L’énergie nette totale (EN) correspond à l’énergie métabolisable résiduelle une fois déduite la portion d’énergie perdue à la suite de la production de chaleur corporelle. L’EN est subdivisée en énergie nette requise pour l’entretien (pas de perte ou de gain de poids), la croissance (ou gain de poids) et la lactation (production de lait). Les besoins en énergie nette pour l’entretien, la croissance et la lactation sont les suivants : NEm, NEg, and NEl. – translation needs to be validated as I dont have the details of these… I took for granted that they are the NRC requirements La plupart des valeurs d’énergie nette proposées ne sont pas mesurées; ce sont des estimations basées sur le système d’énergie digestible et elles demeurent assujetties aux mêmes limites. Énergie nette pour le gain de poids et la croissance (NEg): Une estimation de la valeur énergétique d’un aliment pour le gain de poids corporel, une fois les besoins d’entretien de l’animal comblés. Énergie nette de la lactation (NEl): Une estimation de la valeur énergétique d’un aliment pour l’entretien, en plus de celle pour la production de lait durant la lactation. Énergie nette d’entretien (NEm): Une estimation de la valeur énergétique d’un aliment pour maintenir l’équilibre en énergie, sans gain ou perte de poids.

Cuivre (Cu)2019-07-30T15:50:14-05:00

Le cuivre est peu absorbé par la plupart des espèces animales. Son absorption est influencée par sa structure chimique et par bon nombre d’interactions reliées à des facteurs nutritionnels. Au nombre des substances qui diminuent l’absorption du cuivre : les phytates alimentaires et un taux élevé de Ca, S, Fe, Zn, Cd et Mo. En général, entre 5 et 10 % du cuivre provenant de la ration sont absorbés par les animaux adultes, alors que, pour les jeunes, on parle d’un pourcentage de 15 à 30%. Le cuivre est essentiel à la respiration cellulaire, à la formation des os, à la fonction cardiaque, au développement des tissus conjonctifs, à la myélinisation de la moëlle épinière, à la kératinisation et à la pigmentation des tissus. Il sert de cofacteur catalytique dans plusieurs métalloenzymes importants; seul le zinc le surpasse quant aux nombres d’enzymes activés. Au moins trois enzymes de cuivre participeraient à la défense antioxydante de l’organisme : superoxyde dismutase, céruléoplasmine extracellulaire et thionine Cu intracellulaire. À cause de son activité de réduction, l’ion cuivre participe à la fabrication de radicaux hydroxyles qui endommagent les acides nucléiques, les protéines et les membranes. Il est donc crucial pour les cellules d’établir des mécanismes homéostatiques efficaces qui permettront d’accumuler du cuivre en quantité suffisante pour les réactions biochimiques, sans pour autant atteindre une quantité toxique.

Digestibilité2019-07-30T15:50:45-05:00

La digestibilité fait référence au degré d’absorption d’un aliment lors de son passage dans le système digestif de l’animal. Elle varie grandement en fonction du type d’aliment servi et de l’animal qui le consomme.

Digestibilité des fibres au détergent neutre (dFDN)2019-07-30T15:51:17-05:00

Elle correspond à la fraction digestible de la fibre au détergent neutre (FDN) analysée par procédure de laboratoire in vitro (48 heures); elle est exprimée en pourcentage de matière sèche.

Doses maximales tolérables2019-07-30T15:57:41-05:00

Les doses maximales tolérables, principalement utilisées pour les vitamines et minéraux, indiquent le niveau ou la concentration d’un élément pouvant être servi à long terme dans la ration sans causer de signes cliniques de toxicité, maladie ou dysfonctionnement métabolique. En aucun temps devrait-on tenter de se rapprocher de ces doses lors de la formulation d’une ration alimentaire.

Drêche de distillerie2019-07-30T15:51:33-05:00

La drêche de distillerie fait référence aux coproduits et résidus issus de la fermentation des grains lors de la production d’alcool. C’est une bonne option pour ceux qui désirent limiter l’apport en amidon d’une ration, mais il faut veiller à ne pas fournir une trop grande quantité de protéine.

Éléments majeurs2019-07-30T15:57:56-05:00

quantité que les éléments mineurs (microminéraux). Ces nutriments sont requis quotidiennement en assez grandes quantités, généralement en gramme (g). Ils sont aussi souvent exprimés en pourcentage de la ration totale. Pour maintenir les fonctions vitales de l’animal, ils doivent être fournis par la ration en quantité suffisante et, puisqu’ils interagissent entre eux, les ratios entre un et l’autre doivent être adéquats. Les sept éléments majeurs essentiels sont les suivants : calcium (Ca), phosphore (P), sodium (Na), magnésium (Mg), potassium (K), soufre (S) et chlore (Cl).

Énergie brute (EB)2019-07-30T15:54:16-05:00

L’énergie brute indique la quantité totale d’énergie fournie par un aliment avant la déduction des pertes normales par le biais des activités digestive, métabolique et de production. L’énergie brute est déterminée en mesurant la quantité de chaleur produite lorsque l’aliment est complètement oxydé dans un calorimètre.

Mesurer l’énergie brute est plus ou moins utile puisque la valeur pour un aliment donné est toujours à peu près la même, malgré le fait que son efficacité pour l’animal soit différente. C’est le cas de l’avoine qui, sous forme de grain ou de paille, n’a pas la même efficacité malgré une mesure d’énergie brute similaire.

Énergie digestible (DE)2019-07-30T15:51:01-05:00

L’énergie digestible (ED) est l’unité de mesure de l’énergie des aliments la plus utilisée chez les chevaux. Elle se veut une estimation de la quantité d’énergie que le cheval peut tirer d’un aliment. L’ED correspond à la valeur d’énergie brute (EB) moins la perte d’énergie fécale (EF), soit : ED = EB – EF. Au moment d’établir une ration alimentaire, il faut s’assurer de fournir à chaque cheval une quantité d’énergie adéquate, tout en évitant les excès.

Il est important de souligner que la mesure d’énergie fécale ne tient pas compte de la perte d’énergie considérable liée au processus d’absorption des nutriments (perte via l’excrétion d’urine et la production de gaz). L‘énergie digestible apportée par les aliments de moindre qualité pourrait donc être surévaluée par rapport à celle des aliments de haute qualité. Pour cette raison, il n’est pas suffisant de se fier uniquement à la valeur d’ED des aliments pour combler les besoins du cheval. Une attention particulière et constante doit être portée à son état de chair afin de s’assurer que ses besoins énergétiques sont réellement comblés.

Énergie métabolisable (EM)2019-07-30T15:58:47-05:00

Elle correspond à l’énergie brute d’un aliment moins les pertes d’énergie dans les fèces, l’urine et les gaz produits durant la digestion.

EM = EB (énergie brute) – EF (énergie dans les fèces) – (énergie dans l’urine) – (énergie dans les gaz)

L’EM est une mesure d’énergie peu utilisée en nutrition équine dû au manque de données permettant d’en déterminer la valeur précise dans les aliments pour chevaux.

Énergie nette2019-07-30T16:12:11-05:00

L’énergie nette fait référence à l’énergie réellement disponible pour l’entretien, la croissance ou l’exercice. L’énergie nette totale (EN) correspond à l’énergie métabolisable résiduelle une fois déduite la portion d’énergie perdue à la suite de la production de chaleur corporelle.

L’EN est subdivisée en énergie nette requise pour l’entretien (pas de perte ou de gain de poids), la croissance (ou gain de poids) et la lactation (production de lait). Les besoins en énergie nette pour l’entretien, la croissance et la lactation sont les suivants : NEm, NEg, and NEl.

La plupart des valeurs d’énergie nette proposées ne sont pas mesurées; ce sont des estimations basées sur le système d’énergie digestible et elles demeurent assujetties aux mêmes limites.

Énergie nette pour le gain de poids et la croissance (NEg): Une estimation de la valeur énergétique d’un aliment pour le gain de poids corporel, une fois les besoins d’entretien de l’animal comblés.

Énergie nette de la lactation (NEl): Une estimation de la valeur énergétique d’un aliment pour l’entretien, en plus de celle pour la production de lait durant la lactation.

Énergie nette d’entretien (NEm): Une estimation de la valeur énergétique d’un aliment pour maintenir l’équilibre en énergie, sans gain ou perte de poids.

Ensilage2019-07-30T16:18:19-05:00

L’ensilage est une méthode de conservation de certains aliments; c’est un procédé de fermentation anaérobique au cours duquel l’acide lactique et les acides gras volatils diminuent le pH. Ce pH bas est ce qui permet de conserver l’ensilage. Les ensilages de maïs et de fourrage en sont de bons exemples. Voir Ensilé.

Ensilé2019-07-30T15:52:19-05:00

Ce terme fait référence aux matières végétales conservées par fermentation anaérobique, à un niveau d’humidité qui se situe habituellement entre 55% et 65%. Les aliments ensilés sont en général appréciés des chevaux, mais les risques possibles de botulisme, à la suite d’une contamination d’un aliment avec des carcasses d’animaux, en font une méthode de conservation des fourrages peu utilisée.

Extrait à l’éther (gras brut)2019-07-30T15:52:51-05:00

L’extrait à l’éther est une expression rarement utilisée, sauf en laboratoire. La très grande majorité d’entre nous utilisons plutôt le mot « gras ». Lors d’une analyse, l’extrait à l’éther fait référence à la portion de l’aliment qui est extraite à l’aide de l’éther ou d’un autre solvant. Ce test sert à déterminer le contenu approximatif d’un aliment en gras; la valeur résultante inclue d’autres substances, soit des pigments, cires et autres lipides (tout ce qui est soluble à l’éther). Pour cette raison, cette valeur n’est pas une mesure réelle de la quantité de gras, mais plutôt une estimation du total en gras d’un aliment. Voilà pourquoi l’expression « extrait à l’éther » est privilégiée. En plus du gras réel (triglycérides), le gras brut peut donc contenir des alcools, des cires, des terpènes, des stéroïdes, des pigments, de l’ester, des aldéhydes et d’autres lipides.

Facteurs antinutritionnels2019-07-30T15:43:16-05:00

Les facteurs antinutritionnels sont rarement mesurés lors d’une analyse de fourrage en laboratoire. En plus de fournir des nutriments, les fourrages peuvent aussi contenir des substances nocives qui peuvent nuire à la performance, causer des maladies, voire même entraîner la mort. Ils incluent les tannins, les nitrates, les alcaloïdes, les cyanoglucosides, les œstrogènes, les levures, les moisissures et les mycotoxines. Le type de fourrage, les espèces végétales, la saison, les conditions environnementales et la région géographique influencent le développement des facteurs antinutritionnels dans les fourrages. Aussi, certains animaux sont plus sensibles à ces facteurs, ce qui augmente la sévérité de leurs effets nocifs.

Fer (Fe)2019-07-30T15:55:38-05:00

Le fer est un constituant important de l’hémoglobine. Plus de 65% du fer dans l’organisme se trouve à cet endroit, environ 10% est sous forme de myoglobine, entre 1 et 3 % ont une fonction enzymatique, et le reste circule dans le sang ou sert de réserve. Ce métal existe sous divers états d’oxydation : +6 to Fe-2. Les formes ferrique et ferreuse sont les seules stables dans l’environnement aqueux de l’organisme, et dans les aliments : (Fe+3) et (Fe+2). Le fer est essentiel au transport de l’oxygène par l’hémoglobine et la myoglobine. Il participe aussi à la chaîne de transport d’électrons et à diverses activités cellulaires.

Fibre au détergent acide (FDA)2019-07-30T15:41:50-05:00

Cette portion des fourrages, très peu digestible, est composée de lignine, de cellulose, de silice et de formes insolubles d’azote. L’hémicellulose n’en fait pas partie. Puisque la FDA est utilisée pour calculer la teneur en énergie digestible (ED), si elle est élevée dans les fourrages, l’ED est forcément plus faible. Le résultat d’analyse de la FDA correspond au résidu suivant l’ébullition d’un échantillon de fourrage dans un détergent acide.

Fibre brute (FB)2019-07-30T15:50:29-05:00

Utilisée depuis longtemps, cette méthode approximative sert à diviser les hydrates de carbone d’un aliment en fractions digestible et non digestible. Lorsque le contenu en fibre brute d’un aliment est élevé, la valeur énergétique de cet aliment est plus basse, la fibre brute étant considérée comme non digestible. La valeur de FB tient compte de la majeure partie de la cellulose, mais elle ne calcule qu’une portion de la lignine, et ne mesure pas du tout les cendres. Pour ces raisons, la teneur en fibre réelle est sous-estimée et sa valeur est moindre que celle de la FDA.

La fibre brute représente une donnée peu fiable pour connaître la quantité réelle de fibre des fourrages, ces derniers ayant un contenu substantiel en lignine. Toutefois, cette mesure estime assez bien la quantité de fibre dans les grains, leur contenu en lignine étant plus bas; le pourcentage de fibre brute des grains et des moulées pour chevaux continue donc d’être utilisé comme mesure fiable.

Fibre détergente neutre (NDF)2019-07-30T16:12:27-05:00

Ce sont les fibres d’un échantillon alimentaire insolubles dans le détergent neutre. Elles incluent les composantes de la membrane cellulaire des plantes, soit la cellulose, l’hémicellulose, la lignine, la silice, la cutine et les tannins. Elles excluent certaines pectines. La mesure de FDN représente une bonne estimation du contenu total en fibres d’un aliment. L’hémicellulose, la cellulose et la lignine composent la partie fibreuse et dense des fourrages et donnent à la plante sa rigidité; pour cette raison, elles font partie des hydrates de carbone structuraux. Contrairement à la lignine, non digestible, l’hémicellulose et la cellulose peuvent être digérées à différents degrés par les animaux dotés d’un rumen (vaches, chèvres, moutons, etc.) ou ceux capables de fermenter les aliments dans leur gros intestin (chevaux, lapins, cochons d’inde).

Fourrage2019-07-30T16:17:13-05:00

Le terme fourrage fait référence aux aliments riches en fibres (plus de 18% de fibre brute), mais plus faibles en énergie que la plupart des concentrés. Le pâturage, le foin, l’ensilage sont des types de fourrage.

Fourrage2019-07-30T15:54:02-05:00

Le terme fourrage fait référence aux plantes et aux parties des végétaux excluant les grains. Ils peuvent être consommés frais, séchés ou ensilés. Au nombre de ceux-ci : pâturage, foin, « haylage » (ensilage plus sec que l’ensilage traditionnel).

Hémicellulose2019-07-30T15:54:34-05:00

Au même titre que la cellulose, l’hémicellulose est un hydrate de carbone présent dans la paroi cellulaire de la plupart des végétaux. Comparativement à la cellulose, composé uniquement de glucose, l’hémicellulose est un polymère ramifié formé de plusieurs sucres (glucose, xylose, mannose, galactose, arabinose, etc.). Lorsque le contenu en hémicellulose d’un aliment augmente, la consommation volontaire diminue.

Hydrates de carbone2019-07-30T15:46:23-05:00

Les hydrates de carbone sont des molécules biochimiques composées de seulement trois éléments : carbone, hydrogène et oxygène. Ils représentent la source principale d’énergie des chevaux et peuvent lui être servis sous différentes formes; les chevaux répondront différemment selon la forme que prennent les hydrates de carbone dans l’alimentation. Les hydrates de carbone sont des polymères faits de sucres tels que le glucose, le fructose, le galactose, etc. Ils sont divisés en deux grandes classes, soit les hydrates de carbone structuraux et non structuraux. Les hydrates de carbone non structuraux servent de réserve d’énergie pour la plante et fournissent de l’énergie rapidement à l’organisme (sucres, amidon, pectine). Les hydrates de carbone non structuraux ne servent pas de réserve énergétique, mais ils donnent à la plante sa structure et sa rigidité. Ceux-ci favorisent aussi le transport de l’eau. Les hydrates de carbone non structuraux sont plus disponibles au métabolisme de l’énergie que les hydrates de carbone structuraux.

Hydrates de carbone non fibreux (HCNF)2019-07-30T16:13:08-05:00

HCNF% = 100% – (PB% + (FDN% – PBIDN%) + Lipides% + Cendres%)

Correspondent aux hydrates de carbone de la plante qui ne participent pas à sa structure. Cette valeur n’est pas mesurée, mais plutôt calculée en soustrayant les autres composantes de la plante (voir ci-dessus). Il existe deux failles principales à cette méthode de calcul : 1) d’un laboratoire à l’autre, les démarches d’extraction des HCNF diffèrent, certaines utilisant du sulfite de sodium, ce qui élimine au même moment la protéine brute insoluble dans le détergent neutre (PBIDN) et 2) le calcul de la valeur d’HCNF repose sur de possibles erreurs d’analyse des aliments.

Hydrates de carbone non structuraux (HCNS)2019-07-30T16:22:13-05:00

Ces hydrates de carbone sont solubles à l’eau. Au nombre des HCNS : les monosaccharides, les disaccharides et certains polysaccharides à chaîne courte, principalement les fructanes. Les graminées de saison fraîche, notamment le mil, peuvent montrer un taux de fructanes assez élevé.

Hydrates de carbone non-structuraux (HCNS)2019-07-30T16:13:27-05:00

Correspondent à la détermination enzymatique des sucres, amidon et acides organiques contenus dans les aliments. Ils sont similaires aux hydrates de carbone non fibreux (HCNF), sauf que la teneur en HCNS est mesurée alors que celle en HCNF est calculée. Contrairement aux HCNF, les HCNS n’incluent pas la pectine; cela peut se traduire par des résultats forts différents lorsque les aliments sont riches en pectine. Voir HCNF.

Hydrates de carbone solubles à l’éthanol2019-07-30T15:52:34-05:00

Les hydrates de carbone solubles à l’éthanol peuvent être solubilisés et extraits dans l’éthanol 80%. Ils incluent surtout des monosaccharides et disaccharides (sucres simples).

Hydrates de carbone structuraux2019-07-30T16:18:49-05:00

Les hydrates de carbone structuraux sont les constituants des parois cellulaires des plantes et incluent la cellulose, l’hémicellulose, la lignine et la pectine. En laboratoire, leur teneur est mesurée en NDF (Neutral Detergent Fiber).

In Vitro2019-07-30T15:55:05-05:00

In vitro est une expression latine signifiant « dans le verre ». Ce terme fait référence à des techniques et procédures biologiques pratiquées dans un environnement contrôlé, et non pas sur un organisme vivant.

Ingestion de matière sèche (IMS)2019-07-30T15:52:04-05:00

L’ingestion de matière sèche correspond à la quantité de matière sèche consommée (plus précisément à la quantité potentielle consommée) par un animal; ce concept est au cœur de la nutrition des animaux. Habituellement, la capacité d’ingestion de matière sèche est proportionnelle à la digestibilité d’un aliment. Par exemple, plus un fourrage est digestible, plus la consommation est élevée. À mesure que le pourcentage de fibre au détergent neutre (FDN) du fourrage augmente, moins l’animal peut en consommer, ce qui diminue l’IMS. Pour l’estimer, il faut avoir en main le contenu en FDN des légumineuses et des graminées. Le résultat des équations pour le calcul d’IMS est exprimé en grammes d’ingestion de matière sèche par kilogramme de poids corporel par jour. Pour déterminer la valeur d’ingestion totale en grammes par jour, il suffit de multiplier le résultat par le poids corporel du cheval. Pour l’exprimer en kilogrammes, il suffit de diviser par 1000.

IMSgraminées = 124.55 + 0.155 * %FDN2 – 2.5742 * %FDN

IMSlégumineuses = 18.377 – 0.0051 * %FDN2 + 0.3895 * %FDN

Ces calculs donnent une assez bonne estimation de l’IMS. Il faut toutefois se rappeler que cette donnée ne tient pas compte de certains facteurs importants, entre autres la condition de l’animal (âge, poids corporel, stade de gestation, niveau d’exercice, etc.), les aliments comme tels (appétence, équilibre dans la ration, facteurs antinutritionnels, etc.) ainsi que la régie et l’environnement alimentaires (température, humidité, accessibilité aux aliments, etc.).

Iode (I)2019-07-30T15:55:21-05:00

L’iode est un composant majeur des hormones thyroïdiennes thyroxine et triiodothyronine. La carence en iode, encore prévalente dans de nombreuses régions du globe, est aujourd’hui reconnue comme étant la principale cause évitable de déficience mentale. Le seul rôle connu de l’iode, dont 65% se trouve dans la thyroxine, est la synthèse des hormones thyroïdiennes. Ces dernières agissent de multiples façons pour réguler l’activité et la croissance cellulaires; elles contrôlent entre autres le niveau d’oxydation des cellules. Au nombre de leurs activités : la thermorégulation, le métabolisme intermédiaire, la reproduction, la croissance et le développement, la circulation et la fonction musculaire. S’il y a carence en sélénium, le métabolisme de la thyroïde peut être affecté. L’enzyme désiodase, qui produit la très grande partie de T3 en circulation, est un séléno-enzyme actif principalement dans le foie, les reins et la thyroïde. Requis pour former un autre enzyme, le séléno-enzyme glutathion peroxydase (GPx), le sélénium joue également un rôle indirect dans le contrôle de la synthèse de la thyroïde. A ce niveau, GPx serait le principal système anti-oxydant, neutralisant le peroxyde d’hydrogène cytotoxique et ses déchets oxydatifs. L’activité du GPx étant plutôt faible au niveau de la glande thyroïde, un apport insuffisant en sélénium, accompagné d’une ingestion importante d’iode, pourrait endommager les tissus thyroïdiens.

Lignine2019-07-30T15:55:53-05:00

La lignine fait partie des hydrates de carbone structuraux. Elle est une composante structurale importante des plantes matures et se trouve dans la portion fibreuse, soit les tiges, les feuilles, les épis et les écailles. La lignine n’étant pas digestible, elle nuit à la digestibilité de la cellulose. Une augmentation de la teneur en lignine des végétaux diminue la digestibilité de la cellulose; la quantité d’énergie disponible pour l’animal est donc réduite.

Lipides2019-07-30T15:56:54-05:00

Les lipides sont présents dans les tissus des animaux et des végétaux; ce sont des substances insolubles dans l’eau, mais solubles dans le benzène et l’éther. Les glycolipides, les phosphoglycérides, les graisses, les huiles, les cires et les stéroïdes sont des lipides.

Lysine2019-07-30T15:57:08-05:00

La lysine est un acide aminé essentiel. Elle est considérée comme le premier acide aminé limitant dans une ration à base de maïs ou de soya. La lysine est le seul acide aminé pour lequel le Conseil national de recherche a établi une quantité minimale requise par le cheval. Les formes synthétiques de lysine sont facilement disponibles et peuvent être utilisées en tant que supplément lorsque l’apport en lysine est insuffisant.

Magnésium (Mg)2019-07-30T15:58:11-05:00

Le magnésium est le 4e cation le plus abondant dans l’organisme; au niveau intracellulaire, il occupe toutefois le second rang derrière le potassium. Environ 60% du magnésium se trouve dans les os et 40% occupe l’espace extracellulaire et les tissus mous. Le magnésium est une composante importante des os et il est impliqué dans la transmission de l’influx nerveux, la synthèse des protéines et l’activation des enzymes (glycolyse et plusieurs réactions utilisant l’ATP).

Manganèse (Mn)2019-07-30T15:57:24-05:00

Au même titre que les autres oligo-éléments, le manganèse peut agir au niveau moléculaire comme activateur d’enzyme ou comme composante des métalloenzymes. La corrélation entre ces deux fonctions et les changements physiologiques observés en présence d’une carence en magnésium n’est pas bien établie. Lors de l’activation de réactions à catalyse enzymatique, le manganèse peut agir en se liant au substrat (par exemple l’ATP) ou directement à l’enzyme, avec induction de changements conformationnels. Il existe de nombreux enzymes aux fonctions diverses pouvant être activés par le manganèse, notamment les hydrolases, kinases, décarboxylases et transférases. Étant donné que l’activation de la plupart de ces enzymes n’est pas spécifique au manganèse, une carence en ce minéral ne nuit pas à leur activité. En plus d’être essentiel au fonctionnement normal du cerveau, le manganèse fait partie des systèmes enzymatique et participe à la production du collagène, à la croissance osseuse, à la production d’urée, à la synthèse des acides gras et du cholestérol ainsi qu’à la digestion de la protéine.

Matière sèche (MS)2019-07-30T15:51:48-05:00

La matière sèche fait référence à tout ce qu’un aliment contient, hormis l’eau; sur les résultats d’analyse de laboratoire, elle est le plus souvent exprimée en pourcentage. La matière sèche correspond au poids total de l’aliment moins le poids de l’eau; pour cette raison, les valeurs nutritionnelles sont toujours plus élevées sur une base de matière sèche que sur une base telle que servie.

Matières grasses2019-07-30T15:53:14-05:00

En chimie, les matières grasses, ou gras, sont des triglycérides ou acides gras. Le gras offre 2,25 à 2,8 fois plus d’énergie que les hydrates de carbone et les protéines; de plus, il est hautement digestible. Les matières grasses sont utilisées avant tout pour augmenter la densité énergétique de la ration. Certains acides gras sont essentiels au maintien d’une bonne santé.

Mégacalorie (Mcal)2019-07-30T15:58:27-05:00

Au départ, la calorie représentait une unité de chaleur. Techniquement, une calorie correspond à la quantité d’énergie nécessaire pour augmenter de 1 degré Celsius la température d’un gramme d’eau. Une kilocalorie (Kcal) correspond donc à la quantité d’énergie nécessaire pour augmenter de 1 degré Celsius la température d’un kilogramme d’eau. Ainsi, une mégacaorie (Mcal) correspond à la quantité d’énergie nécessaire pour augmenter de 1 degré Celsius la température d’une tonne métrique d’eau.

En nutrition équine, la mégacalorie est l’unité de mesure de l’énergie contenu dans un aliment. Elle sert aussi à établir les besoins énergétiques du cheval. En nutrition humaine, l’unité de mesure est la Calorie, qu’il est plus approprié de nommer kilocalorie.

Méthionine2019-07-30T15:59:06-05:00

La méthionine est un acide aminé essentiel soufré impliqué dans plusieurs procédés enzymatiques cruciaux.

Milligramme par kilogramme (mg/kg)2019-07-30T15:59:53-05:00

Le milligramme par kilogramme (mg/kg) est l’équivalent de la mesure partie par million (PPM). Cette unité mesure la concentration et indique le nombre de milligramme d’une substance précise dans un kilogramme d’aliment.

Minéraux2019-07-30T16:00:06-05:00

Les minéraux sont des nutriments inorganiques essentiels à la vie.

Monogastrique2019-07-30T16:00:21-05:00

Les animaux dotés d’un seul compartiment digestif ou d’un système digestif simple (cheval, cochon) sont des monogastriques, au contraire des ruminants dont le rumen comprend quatre compartiments.

Mycotoxines2019-07-30T16:00:36-05:00

Les mycotoxines (vomitoxine, zéaralénone, aflatoxine et toxine T-2) sont produites sur les végétaux par des champignons et peuvent être toxiques pour les animaux. Durant les saisons de croissance ou de récolte, le stress infligé aux plantes par de mauvaises conditions climatiques exacerbe le développement des mycotoxines. Un entreposage inadéquat peut également favoriser leur présence.

Niacine (B3)2019-07-30T16:12:53-05:00

Le terme niacine est générique et inclut l’acide nicotinique et la nicotinamide (aussi connue sous le nom de niacinamide). Environ 200 enzymes, particulièrement les déshydrogénases, ont besoin de nicotinamide adénine dinucléotide (NAD) et de nicotinamide adénine dinucléotide phosphate (NADP). La plupart de ces enzymes subissent des réactions chimiques réversibles. Même si la biochimie du NADH et du NAD est similaire, leurs fonctions dans la cellule sont très différentes.
Le rôle premier du NADH, issu du NAD, est la production d’adénosine triphosphate (ATP); pour sa part, le NAPH agit comme agent réducteur, notamment pour la synthèse des acides gras.

Oligo-éléments2019-07-30T15:59:23-05:00

Les oligo-éléments, aussi appelés éléments mineurs ou minéraux traces, sont présents dans les tissus corporels en infime quantité. Même si ces nutriments sont requis quotidiennement en faibles quantités, généralement en milligramme (mg) ou microgramme (mcg), ils demeurent d’une grande importance en nutrition animale. Les oligo-éléments sont au nombre de dix : fer (Fe), manganèse (Mn), cuivre (Cu), zinc (Zn), sélénium (Se), cobalt (Co), iode (I), chrome (Cr), molybdène (Mo) et nickel (Ni). Le chrome, le molybdène et le nickel sont rarement supplémentés, mais les autres oligo-éléments sont habituellement ajoutés aux moulées et suppléments équins.

Partie par million (PPM)2019-07-30T16:14:28-05:00

Unité de mesure qui indique le plus souvent la concentration en oligo-éléments d’un aliment. Cette unité de mesure est l’équivalent du mg/kg.

Pectine2019-07-30T16:14:44-05:00

La pectine est un polysaccharide (hydrate de carbone) intracellulaire qui agit à la façon d’une colle cellulaire. La différence entre la mesure en hydrates de carbone structuraux (HCS) et le calcul en hydrates de carbone non fibreux (HCNF) correspond en grande partie à la teneur en pectine d’un aliment.

Phosphore (P)2019-07-30T16:15:02-05:00

Au nombre des éléments inorganiques qui abondent dans l’organisme, le phosphore occupe le 2e rang, derrière le calcium. Environ 85% du phosphore se trouve dans les os; le 15% fait partie des substances organiques qui occupent les tissus mous. Le phosphore est un constituant des os, des dents, des membranes cellulaires, des phospholipides, des acides nucléiques et des nucléotides. Il participe aussi au métabolisme de l’énergie (ATP-ADP), à la régulation du pH et au maintien de la pression osmotique intracellulaire.

Potassium (K)2019-07-30T16:15:17-05:00

L’espace intracellulaire contient 98% du potassium en circulation, ce qui en fait le cation principal des fluides trouvés dans les cellules. Le potassium joue plusieurs rôles dans l’organisme, notamment la contractilité des muscles lisses et squelettiques et du muscle cardiaque. Son influence sur l’excitabilité des tissus nerveux est importante, et il participe au maintien de l’équilibre du pH et des électrolytes.

Prémélange2019-07-30T16:15:33-05:00

Le terme prémélange n’a pas la même signification partout. Habituellement, un prémélange contient uniquement les vitamines et minéraux nécessaires à l’animal pour équilibrer sa ration alimentaire de base. Toutefois, bon nombre de suppléments pour chevaux n’offrent pas une quantité complète et suffisante de vitamines et minéraux. Un prémélange devrait être formulé de façon à permettre à l’animal de combler ses besoins nutritionnels.

Deux types de prémélanges existent: le premier, que l’on peut appeler « macroprémélange » ou prémélange de nutriments majeurs, contient tous les éléments majeurs et mineurs, ainsi que toutes les vitamines, dont le cheval a besoin, et le second, le « microprémélange » ou prémélange de nutriments mineurs – dont le taux d’inclusion dans la ration totale est très bas – propose uniquement les éléments mineurs et les vitamines. En anglais, le « macro-prémélange » porte parfois l’appellation « Vitamin trace mineral pak » (VTM).

Protéine brute (PB)2019-07-30T16:15:50-05:00

La protéine brute ne correspond pas au contenu réel d’un aliment en protéine, mais plutôt à la quantité de matière azotée totale qui s’y trouve. Le contenu en azote d’un aliment est multiplié par 6,25, selon l’hypothèse qu’une protéine vraie en contient 16%. Les constituants d’une protéine sont les acides aminés.

Protéine brute insoluble au détergent acide2019-07-30T15:42:10-05:00

Elle correspond à la fraction de la protéine insoluble résiduelle d’un échantillon d’aliment à la suite de son passage dans le détergent acide; cette fraction n’est pas disponible pour le cheval. L’analyse de ce paramètre est aussi appelée protéine insoluble au détergent acide ou azote insoluble au détergent acide. La valeur de protéine brute insoluble au détergent acide est le plus souvent exprimée en pourcentage de protéine brute, mais elle peut aussi être indiquée sur une base de matière sèche.

Pyridoxine (B6)2019-07-30T16:16:07-05:00

La pyridoxine peut être convertie en phosphate de pyridoxine (PNP) à l’intérieur des cellules intestinales, tout comme le pyridoxal est habituellement converti en phosphate de pyridoxal (PLP). Dans le foie, le PNP peut être converti en PLP, la forme principale de vitamine B6 dans le sang; du PL peut aussi être en circulation dans le sang. La forme coenzyme de la vitamine B6 est associée à un grand nombre d’enzymes, la plupart impliqués dans le métabolisme des acides aminés.

Qualité relative fourragère (QRF)2019-07-30T16:16:40-05:00

Ce système de mesure sert à classifier les fourrages selon leur valeur nutritive relative, de la même façon que le fait la VAR (valeur alimentaire relative) pour les aliments. L’indice 100 correspond à un foin de luzerne en pleine floraison et sert de valeur de comparaison entre deux ou plusieurs fourrages du même type; la valeur est basée sur l’apport énergétique. Cet indice est utile lorsque deux parcelles de fourrages doivent être comparées, car il facilite la mise en place d’une meilleure structure de prix et d’un plan de mise en marché adapté. Contrairement à la VAR, la QRF tient compte de la fibre digestible (utilisée chez les ruminants).

Cet indice est fondé sur l’apport et la mesure réelle en NDT (nutriments digestibles totaux), plutôt que sur la digestibilité de la matière sèche. Contrairement au calcul de cette dernière, qui tient compte seulement de la fibre au détergent acide (FDA), la QRF tient compte de la digestibilité de la fibre au détergent neutre (FDNd) et de la contribution de certains autres nutriments dans le calcul du NDT. C’est ce qui en fait un meilleur indicateur de qualité.

Les équations utilisées pour calculer l’ingestion de matière sèche et la valeur de NDT des légumineuses et des mélanges légumineuses/graminées sont spécifiques à ce type de fourrages et diffèrent de celles utilisées pour le calcul de l’ingestion de matière sèche et de la valeur de NDT des graminées de saison chaude ou fraîche. L’identification adéquate des différents types de fourrages est donc essentielle au calcul de la QRF.

Riboflavine (B2)2019-07-30T16:16:58-05:00

Dans les tissus, la majeure partie de la riboflavine est d’abord convertie en coenzymes. La synthèse de la flavine mononucléotide (FMN) et de la flavine adénine dinucléotide (FAD) est régulée par les hormones, notamment l’adrénocorticotrophine (ACTH), l’aldostérone et les hormones thyroïdiennes. Grâce à l’activité accrue de la flavokinase, ces hormones accélèrent le processus de conversion de la riboflavine en coenzymes. La FMN et la FAD agissent comme cofacteurs au sein de plusieurs systèmes d’enzymes oxydatifs et demeurent liées durant les réactions d’oxydo-réduction. Parce qu’elles ont la capacité d’accepter une paire d’atomes d’hydrogène, les flavines agissent comme agents oxydatifs.

Rumen2019-07-30T16:17:28-05:00

Le rumen est le premier compartiment du système digestif des ruminants, notamment de la vache, du mouton et de la chèvre. Grande cuve profonde et musculaire, remplie de milliers de microorganismes (bactéries, protozoaires), le rumen est le site principal de digestion de la fibre. Le processus de digestion dans le rumen est similaire à celui du cheval dans son gros intestin.

Sélénium (Se)2019-07-30T16:17:45-05:00

Le sélénium est probablement l’oligoélément dont la concentration dans les sols varie le plus à travers le globe. La teneur des aliments en sélénium est totalement tributaire de la concentration des sols en ce minéral. Les variations de la teneur en sélénium des sols à travers le monde a permis d’établir une corrélation directe entre les régions qui en sont dépourvues et l’incidence de maladies associées à une carence alimentaire.

Les molécules de sélénium sont en général bien absorbées par les monogastriques. La sélénocystéine et la sélénométhionine, des molécules organiques, sont absorbées pratiquement à 100%. Le sélénite, une source de sélénium souvent utilisée dans les aliments pour chevaux, montre un taux d’absorption moindre, soit de 30 à 60%.

C’est sous forme de sélénoprotéines que le sélénium peut jouer son rôle; on en recense d’ailleurs entre 30 et 35 dans les tissus des mammifères. Les sélénoprotéines agissent de trois différentes façons: 1) comme barrière antioxydante; 2) dans le métabolisme de l’hormone thyroïde; 3) dans les réactions acides et d’oxydoréduction. Le sélénium neutralise les dommages cellulaires causés par les molécules de peroxyde d’hydrogène et par les radicaux libres.

Sélénocystéine2019-07-30T16:18:03-05:00

La structure de cet acide aminé rare ressemble à celle de la cystéine, sauf que le sélénium y remplace le soufre. Le pouvoir réducteur du sélénium est plus grand que celui du soufre, ce qui fait des sélénoprotéines de puissants antioxydants. La production de sélénoprotéines dépend de la quantité de sélénium disponible; fournir une quantité suffisante de sélénium dans l’alimentation est donc essentiel pour optimiser les fonctions immunitaire et antioxydante de l’organisme.

Sodium (Na)2019-07-30T16:18:34-05:00

Environ 30% du sodium de l’organisme se trouve sur le cristal osseux. De cet endroit, il peut être libéré dans le sang lorsque les niveaux de sodium sont bas (hyponatrémie). Le sodium agit comme un électrolyte; il aide à la régulation de l’eau, du pH et de l’équilibre électrolytique, et il participe à la transmission nerveuse ainsi qu’à la contraction musculaire.

Soufre (S)2019-07-30T16:19:07-05:00

Le soufre se trouve dans les acides aminés et dans la thiamine, la biotine et l’acide lipoïque. Il est aussi présent dans les liaisons qui aident à maintenir l’intégrité de l’hormone insuline et de la kératine, un élément central de la peau, des sabots et de la robe. La liaison formée entre le soufre et deux cystéines contribue à cette intégrité structurale. Le soufre nécessaire à la production de composés sulfatés, par exemple le sulfate de chondroïtine (synthèse du cartilage), provient de la désulfurisation d’acides aminés soufrés.

La source principale de soufre pour le cheval provient des acides aminés soufrés. Le plus important d’entre eux est la méthionine, qui peut être convertie en cystéine et en cystine. Puisque les chevaux ne peuvent eux-mêmes utiliser le soufre pour produire de la méthionine, celle-ci doit provenir de la ration alimentaire; les fourrages sont de bonnes sources de méthionine.

Les besoins en méthionine n’ont pas été établis pour le cheval, mais le NRC recommande tout de même un apport alimentaire de 0,15% sur une base de matière sèche. Un foin de bonne qualité provenant d’un sol suffisamment riche en soufre devrait répondre aux besoins des chevaux à l’entretien ou à l’exercice léger, mais plusieurs données probantes indiquent qu’un fourrage seul est en général insuffisant.

Spectroscopie par réflectance dans le proche infrarouge (NIRS)2020-02-21T15:37:46-05:00

La méthode d’analyse NIRS ou analyse dans le proche infrarouge (NIRA) est une méthode instrumentale informatisée permettant de mesurer rapidement et de manière reproductible la composition chimique des échantillons avec peu ou pas de préparation de l’échantillon autre que le séchage et le broyage. Contrairement aux méthodes conventionnelles de « chimie humide », la NIRS mesure les réflexions de la lumière proche infrarouge au lieu des produits chimiques pour déterminer les protéines, les fibres, l’énergie et d’autres variables d’intérêt. L’analyse des minéraux dans les échantillons d’aliments mélangés doit toujours être effectuée par « chimie humide » et non par le proche infrarouge.

Supplément2019-07-30T16:19:26-05:00

Un supplément sert à optimiser la valeur nutritionnelle de la ration alimentaire; il apporte les nutriments absents de l’alimentation de base. En général, un supplément est particulièrement concentré en un ou plusieurs nutriments, que ce soit la protéine, l’énergie, les vitamines ou les minéraux. Servi avec les aliments de base de la ration, il fournit une alimentation plus complète en permettant de combler les besoins nutritionnels de l’animal.

Thiamine (B1)2019-07-30T16:19:46-05:00

Au niveau cellulaire, la thiamine est essentielle pour plusieurs raisons: 1) la transformation énergétique; 2) la synthèse des pentoses et de la NADPH (co-enzyme pour la niacine, la nicotinamide adénine dinucléotide phosphate sous sa forme réduite; 3) la conduction au niveau de la membrane et des nerfs. Le pyrophosphate de thiamine agit en tant que coenzyme nécessaire à la décarboxylation oxydative du pyruvate et de l’alpha-cétoglutarate, une réaction essentielle à la production d’ATP. Sans réactions de décarboxylation, la synthèse de l’ATP et de l’acétyle CoA ne peut avoir lieu, ce qui empêche la synthèse d’acides gras, de cholestérol et autres molécules importantes; il en résulte une accumulation de pyruvate, lactate et alpha-cétoglutarate dans le sang.

Toxicité2019-07-30T16:20:20-05:00

Il est question de toxicité lorsqu’une substance exerce un effet nocif sur l’organisme de l’animal. Chez les chevaux, certains médicaments et nutriments, ainsi que certaines plantes, peuvent avoir des effets délétères.

Des niveaux maximum tolérables existent pour la plupart des nutriments essentiels au cheval. Pour établir ces limites, les facteurs suivants ont été considérés : risques pour l’environnement, sécurité des aliments et sécurité des animaux. La biodisponibilité des différentes sources de nutriments fait aussi partie de l’équation. Des experts de l’Association de nutrition animale du Canada ont mis de l’avant des lignes directrices suivies par les fabricants d’aliments et de suppléments pour chevaux, les producteurs de fourrages et les nutritionnistes.

Les nutriments pour lesquels un niveau maximum tolérable a été établi sont ceux dont les effets toxiques ou délétères ont été rapportés. C’est le cas des minéraux suivants : calcium, potassium, iode, cobalt, cuivre, zinc, fer, sélénium.

Unité internationale (UI)2019-07-30T15:54:49-05:00

Unité basée sur l’activité biologique possible d’une substance (vitamine, hormone, antibiotique, etc.). Aux États-Unis, l’unité UI correspond à l’USP. La plupart des vitamines sont exprimées en UI, mais les vitamines A et D le sont parfois en KIU (K = 1000 unités de UI).

Unités nutritives totales (UNT)2019-07-30T16:20:04-05:00

L’UNT mesure la valeur énergétique des aliments. Ce terme origine d’un ancien système de mesure calculant l’énergie alimentaire, un résultat difficile à obtenir. Aujourd’hui, les valeurs d’UNT ne sont plus mesurées, mais plutôt calculées. Au départ, les formules de calcul utilisées se basaient sur l’ADF (Acid Detergent Fiber) et variaient souvent d’une région ou d’un nutritionniste à l’autre.

Même si l’UNT demeure une méthode de calcul largement utilisée, elle n’est pas sans faille; sa principale lacune est qu’elle ne tient pas compte des pertes d’énergie supplémentaires par l’animal (augmentation de la chaleur corporelle, pertes gazeuses). Pour ces raisons, le calcul d’UNT des fourrages surestime la valeur énergétique comparativement à celle des grains.

Valeur alimentaire relative (VAR)2019-07-30T16:16:22-05:00

La valeur alimentaire relative permet de classifier les fourrages en fonction de leur valeur nutritive totale. L’indice 100 correspond à un foin de luzerne en pleine floraison (mature), ce qui correspond à des valeurs de FDA de 41% et de FDN de 53% sur une base de matière sèche. Cet indice est utile lorsque deux parcelles de fourrages doivent être comparées, car il facilite la mise en place d’une meilleure structure de prix et d’un plan de mise en marché adapté.

Le système de calcul de la VAR n’est pas sans faille, car il suggère que la FDN et la quantité ingérée par l’animal sont constamment liées à la FDA et la digestibilité. Deux fourrages peuvent montrer une valeur FDA identique, leur digestibilité est rarement la même, ce qui influence forcément l’ingestion par l’animal. Pour cette raison, la VAR des foins de haute qualité est souvent sous-estimée puisque la quantité ingérée par l’animal est elle-même sous-estimée.

Vitamine A2019-07-30T16:20:59-05:00

La terme vitamine A fait référence au rétinol et au rétinal, alors que le terme provitamine A réfère au bêta-carotène et autres caroténoïdes pouvant être convertis en rétinol. L’acide rétinoïque, pour sa part, est un métabolite du rétinol. La vitamine A est essentielle à la vision ainsi qu’aux fonctions systémiques telles que la division cellulaire, la croissance, le développement osseux et l’immunité.

Vitamine D2019-07-30T16:21:19-05:00

Le calcitriol, 1,25-(OH)2D3, une hormone stéroïde, représente la forme active de la vitamine D. On a longtemps cru que cette vitamine agissait seulement au niveau des intestins, des os et des reins, mais des récepteurs de l’hormone calcitriol existent dans plusieurs tissus du corps, notamment le cœur, le cerveau et l’estomac.
Le calcitriol, avec l’hormone parathyroïdienne (PTH), participe au maintien de l’homéostasie calcique de l’organisme, un état qui impacte plusieurs tissus, notamment les intestins, les os et les reins. L’hypocalcémie stimule la sécrétion de PTH, qui à son tour stimule l’activité de la 1-hydroxylase dans les reins, conduisant à la conversion de la 25-hydroxyvatime en calcitriol. Seul ou avec la PTH, le calcitriol agit sur les tissus ciblés, entrainant une augmentation de la concentration en calcium et en phosphore.

Vitamine E2019-07-30T16:21:39-05:00

La vitamine E englobe 8 molécules synthétisées par les plantes : les tocophérols, dotés de chaînes latérales saturées, et les tocotriénols, dont les chaînes latérales sont insaturées. Les molécules existent sous quatre formes, chacune ayant ses propres caractéristiques : alpha, bêta, gamma et delta. Une autre molécule active en vitamine E, l’acétate DL-alpha-tocophérol, est une source synthétique souvent utilisée dans les concentrés. La vitamine E a pour but premier de maintenir l’intégrité de la membrane cellulaire. Grâce à ses capacités antioxydantes, elle protège de l’oxydation (peroxydation) les acides gras insaturés présents dans les phospholipides de la membrane cellulaire.

Vitamine K2019-07-30T16:21:55-05:00

La vitamine K est présente au sein de plusieurs molécules. Toutes les vitamines K ont un anneau naphtoquinone
(2-methyl-1,4-naphthoquinone). Les formes naturelles de vitamine K sont la phylloquinone (K1), de source végétale, et la ménaquinone (K2), synthétisée par les bactéries intestinales. La ménadione (K3) est une forme synthétique de vitamine K et elle doit être alkylée pour être active. La vitamine K est essentielle à la modification post-traductionnelle de certains résidus glutamiques spécifiques pour former de l’acide carboxyglutamique sur 4 des 13 facteurs de coagulation permettant au sang de coaguler; ce sont les facteurs II (prothrombine), VII, IX et X.

Vitamines2019-07-30T16:20:39-05:00

Les vitamines sont des substances organiques essentielles aux fonctions métaboliques; ce sont des composantes importantes des systèmes enzymatiques.

Les vitamines du complexe B (B1, B2, B3, B5, B6, B7, B9, B12) et la vitamine C sont des vitamines hydrosolubles. Le bêta-carotène, qui se transforme en rétinol, est la forme hydrosoluble de la vitamine A. Un excès de vitamines hydrosolubles n’est pas nocif puisqu’elles peuvent être excrétées dans l’urine.

Les vitamines liposolubles sont absorbées dans les graisses. Pouvant être stockées par l’organisme pour de longues périodes, elles peuvent devenir toxiques. Les vitamines A, D, E et K sont liposolubles.

Zinc (Zn)2019-07-30T16:22:44-05:00

Le zinc peut avoir plusieurs états de valence, mais on le trouve généralement sous forme divalente (Zn+2).
Les fluides corporels, les organes et les tissus, particulièrement les tissus intracellulaires, contiennent du zinc. Il se trouve en grande partie dans les os, le foie, les muscles et la peau. Associé aux enzymes et aux protéines, il agirait aussi en tant qu’activateur. On l’associe à plus de mille protéines connues. Il est impliqué dans plusieurs fonctions : le métabolisme de l’énergie, la synthèse de la protéine, la formation de collagène et de kératine, l’élimination du dioxyde de carbone, la maturation sexuelle, l’odorat et le goût.

0
×
Sélectionnez votre région
Copier lien