Les probiotiques sont des microorganismes vivants (bactéries, protozoaires, levures et champignons) qui aident les chevaux à maintenir un intestin sain en les protégeant contre les « mauvaises » microbes ou les pathogènes. Le maintien d’un microbiote sain favorise une fonction digestive et une absorption des nutriments optimales et contribue à soutenir le système immunitaire.

Les chevaux qui présentent des problèmes digestifs, comme des ballonnements, un inconfort léger, la diarrhée, la constipation ou les chevaux qui ont une intolérance alimentaire aux céréales sont de bons candidats pour une supplémentation en probiotiques.

Si vous vous inquiétez de la perte de poids de votre cheval ou de son incapacité à prendre du poids, vous pouvez envisager de lui donner des probiotiques pour équilibrer sa flore intestinale et améliorer l’absorption des nutriments.

Il y a plusieurs différentes souches de bactéries probiotiques qui sont données aux chevaux pour favoriser la santé intestinale, aider à équilibrer la microflore intestinale et aider la digestion. Cinq souches populaires sont : Lactobacillus acidophilus, Lactobacillus fermentum, Lactobacillus casei, Lactobacillus plantarum et Enterococcus faecium.

Ces souches de bactéries probiotiques survivent à l’environnement acide de l’estomac du cheval et ne sont pas affectées par la bile ou les enzymes digestives dans l’intestin. Cela signifie qu’une grande partie des probiotiques consommés atteindront le gros intestin où ils prolifèrent.

Les suppléments probiotiques sont généralement reconnus comme sécuritaires (GRAS) par l’agence américaine du Food and Drug Administration (FDA). Aucun effet néfaste n’a été constaté chez les chevaux adultes dont le régime alimentaire contient des probiotiques. Ils peuvent être donnés sécuritairement aux chevaux en bonne santé à titre préventif ou aux chevaux qui ont des problèmes digestifs.

Optimum Probiotic de Mad Barn est un mélange pur de 5 souches probiotiques qui ne contient aucun agent de remplissage. Chaque portion garantit de fournir un minimum de 20 milliards d’UFC (unités formatrices de colonie) viables de bactéries bénéfiques.

Optimum Supplément probiotique pour les chevaux
  • 20 milliards d'UFC par portion
  • Probiotique pur sans agents de remplissage
  • Mélange de cinq souches bénéfiques
  • 10 dollars seulement pour un mois

Les bienfaits des probiotiques pour les chevaux

Les probiotiques sont définis par Santé Canada comme « des microorganismes vivants qui, lorsqu’ils sont administrés en quantité adéquate, ont un effet bénéfique sur la santé de l’hôte. »

Les souches les plus courantes de probiotiques utilisées pour promouvoir la santé humaine et animale sont les lactobacilles, les bifidobactéries et les entérocoques. Ces souches ont été évaluées chez le cheval et ont montré des effets bénéfiques à restaurer la santé du système digestif et à prévenir la dysbiose.

Plus de 70 % du système immunitaire du cheval se trouve dans l’intestin. Un tractus gastro-intestinal sain peut contribuer aux performances et au bien-être de votre cheval et prévenir un certain nombre de problèmes de santé secondaires.

Vous trouverez ci-dessous les six principaux bienfaits des probiotiques, appuyés par la science :

  1. Il a été démontré que les probiotiques aident les chevaux à se remettre de problèmes digestifs comme l’entérocolite (inflammation de l’intestin). Les probiotiques stimulent la production de mucus dans l’intestin, ce qui forme une barrière protectrice et minimise l’inflammation.
  2. Les chevaux sous antibiotiques ou vermifugés peuvent recevoir des probiotiques avant, pendant et après le traitement pour aider leur intestin à rétablir les bonnes populations microbiennes. [1][2]
  3. Les probiotiques peuvent contribuer à un système immunitaire plus sain en favorisant un intestin sain et en empêchant les bactéries pathogènes de déclencher des réactions inflammatoires dans celui-ci. [3]
  4. L’amélioration du statut immunitaire conféree par les probiotiques peut aider les chevaux à mieux gérer les facteurs de stress, comme le transport et la compétition.
  5. Les régimes à haute teneur en céréales peuvent perturber le microbiote intestinal et entraîner des pathologies, comme les ulcères et la fourbure. Les probiotiques peuvent aider à contrebalancer les effets des régimes à haute teneur en céréales sur le microbiote intestinal.
  6. Les probiotiques peuvent aider les chevaux qui ont de la difficulté à prendre du poids en améliorant la digestion des aliments et l’absorption des nutriments.

L’ajout de probiotiques à l’alimentation de votre cheval est un moyen rentable et sécuritaire d’équilibrer le microbiote intestinal et de soutenir la fonction digestive.

Comment fonctionnent les probiotiques?

La population microbienne de l’intestin du cheval est très diversifiée. Il existe de nombreuses « bonnes » bactéries qui contribuent à la fonction immunitaire et à la digestion des aliments.

Il existe également de « mauvaises » souches bactériennes qui sont naturellement présentes, comme l’E. coli, le C. difficile ou la Salmonella. Elles sont considérées comme mauvaises, car elles produisent des toxines nuisibles aux bonnes bactéries et aux cellules du revêtement de l’intestin.

Les microbes pathogènes sont également nuisibles eux-mêmes, car ils peuvent provoquer des réactions inflammatoires lorsqu’ils se fixent à la paroi de l’intestin.

De petites quantités de bactéries pathogènes peuvent ne pas causer de problèmes de santé importants lorsque la population de bonnes bactéries est largement supérieure en nombre. Cependant, si les conditions sont favorables aux microbes pathogènes, ils peuvent prendre le contrôle de l’environnement intestinal et avoir des conséquences importantes sur la santé de l’animal.

Alimenter votre cheval avec des probiotiques peut rétablir l’équilibre en faveur des bonnes bactéries, contribuant ainsi à maintenir une microflore intestinale saine, à favoriser une digestion optimale et à protéger une paroi intestinale saine.

Les probiotiques peuvent améliorer la santé intestinale et animale de principales manières : [15]

1. Baissent le pH de l’intestin

Ils produisent des substances qui modifient l’environnement de l’intestin, le rendant moins favorable pour les bactéries pathogènes. Ces substances incluent l’acide lactique et l’acide acétique qui abaissent le pH de l’intestin.

Ils produisent également des enzymes et des antibiotiques spécifiques qui tuent directement les bactéries indésirables.

2. Combattent les bactéries pathogènes

Les probiotiques peuvent inhiber la croissance des agents pathogènes grâce au principe d’exclusion compétitive. Ils se fixent à des sites spécifiques de la paroi intestinale et empêchent les bactéries pathogènes de s’y fixer.

Lorsque les probiotiques se lient à la paroi intestinale, ils déclenchent des réactions bénéfiques qui aident les cellules à produire du mucus protecteur et à créer des jonctions serrées entre elles.

Les probiotiques favorisent également la maturation et la division des cellules. C’est important car les cellules intestinales ne vivent généralement qu’environ trois jours. Les cellules sont constamment remplacées par la maturation des cellules souches et la division cellulaire.

3. Stimulent les cellules immunitaires

Les probiotiques peuvent influencer le système immunitaire de l’animal en stimulant les cellules immunitaires environnantes pour qu’elles produisent des anticorps et d’autres composés bénéfiques. Cela empêche la croissance des bactéries pathogènes et soutient les défenses naturelles du cheval contre les infections.

Les probiotiques ont des effets anti-inflammatoires qui empêchent les réponses immunitaires inopportunes, protégeant ainsi l’intestin de conditions inflammatoires, comme l’entérite.

4. Protègent contre les toxines

Les probiotiques peuvent inhiber ou inactiver les toxines libérées par les bactéries pathogènes. Ils agissent en créant des substances qui lient les toxines avant qu’elles ne puissent affecter négativement d’autres cellules.

Signes d’un microbiote équin déséquilibré

Vous pouvez suspecter un déséquilibre du microbiote si vous observez les signes suivants chez votre cheval :

  • Ballonnements, inconfort abdominal : Les modifications du microbiote peuvent provoquer une accumulation de gaz dans l’intestin, qui se manifeste par des ballonnements et un inconfort. Ces chevaux peuvent présenter des changements de comportement et d’humeur, notamment une réticence à être manipulés.
  • Coliques et colite : les chevaux dont le microbiote intestinal est altéré sont plus susceptibles de développer des coliques ou la colite. [4]
  • Diarrhée ou constipation : Les modifications du microbiote peuvent entraîner l’absorption excessive ou insuffisante de fluides dans l’intestin, ce qui provoque la diarrhée ou la constipation. Cela pourrait également être lié à des modifications de la motilité intestinale.
  • Perte de poids ou faible prise de poids : Les chevaux ayant un déséquilibre du microbiote peuvent avoir une mauvaise digestion des aliments. Cela peut également être attribué à des ulcères gastriques ou à des maladies inflammatoires de l’intestin.
  • Problèmes dentaires : Le mauvais état des dents chez les chevaux a été associé à des déséquilibres du microbiote.
  • Fourbure : Les facteurs alimentaires tels que l’herbe riche et les régimes à haute teneur en céréales sont susceptibles de modifier le microbiote et de provoquer une inflammation intestinale qui peut entraîner la fourbure.
  • Ulcères : Les chevaux souffrant d’ulcères gastriques ont souvent une alimentation à haute teneur en céréales qui peut également causer des problèmes au niveau du gros intestin. Si votre cheval souffre du syndrome de l’ulcère gastrique équin, soyez attentif aux signes de problèmes du gros intestin, comme la diarrhée ou les ballonnements.
  • Inflammation systémique : De la fièvre, des difficultés respiratoires et un rythme cardiaque élevé peuvent indiquer des infections qui pourraient être causées par une inflammation intestinale due à une prolifération de bactéries pathogènes.
  • Changements de comportement : Les chevaux souffrant de troubles intestinaux peuvent être plus agités, réactifs, moins calmes et hypersensibles à leur environnement. [5]

Si vous observez l’un de ces signes chez votre cheval, cela pourrait indiquer une perturbation de la fonction intestinale. Il existe de nombreuses causes potentielles de dysfonctionnement intestinal chez les chevaux, mais un facteur déterminant commun est la composition de la diète de votre cheval.

Vous pouvez soumettre le régime alimentaire de votre cheval en ligne pour une analyse et l’un de nos nutritionnistes sera heureux de vous fournir une évaluation complémentaire.

Le microbiote équin

L’intestin postérieur du cheval, qui comprend le cæcum et le côlon (gros intestin), est peuplé d’un très grand nombre de microorganismes. Le cheval a besoin de ces microbes pour absorber les nutriments et l’énergie contenus dans les aliments riches en fibres.

Les chevaux sont des fermenteurs du gros intestin, ce qui signifie que le gros intestin et le cæcum sont les endroits où se produit principalement la fermentation des fibres ingérées. Des milliards d’organismes bactériens aident à digérer les fibres et les amidons, en les décomposant en molécules plus simples qui peuvent être absorbées et utilisées par l’organisme du cheval.

Ces microorganismes digèrent les glucides structurels des plantes comme la cellulose et l’hémicellulose et les convertissent en composés appelés les acides gras volatils qui sont absorbés par la paroi intestinale.

Bien que le gros intestin contienne des enzymes digestives qui aident à décomposer les aliments, le cheval ne serait pas en mesure d’obtenir suffisamment d’énergie des aliments qu’il consomme sans la présence de ces microbes intestinaux.

Les acides gras volatils (acétate, butyrate et propionate), aussi appelés acides gras à chaîne courte, qui sont produits par les microbes de l’intestin postérieur peuvent fournir jusqu’à 42 % des besoins énergétiques du cheval. [6]

Les microbes intestinaux produisent également plusieurs vitamines B comme le folate (vitamine B9) et la vitamine K, qui sont absorbées et utilisées par le cheval.

Les analyses des microbiotes intestinaux de différents chevaux montrent qu’il existe une grande variabilité du profil microbien entre ceux-ci. Cela peut entraîner des différences importantes sur l’état et le bien-être du cheval.

Pour déterminer à quoi ressemble un microbiote intestinal « normal », une étude a prélevé des échantillons fécaux de sept chevaux toutes les deux semaines pendant un an. Les chevaux vivaient dans le même pâturage toute l’année, sans aliments de concentrés ni suppléments.

Même à cet état naturel, des modifications mineures du microbiote intestinal se produisaient continuellement, mais aucun signe clinique de dysbiose n’a été observé. [7]

En général, les phylums de bactéries les plus abondants dans l’intestin du cheval sont les suivants : [8]

  • Firmicutes – 20 à 59 % de la population microbienne, y compris Lactobacillus et Streptococcus.
  • Bacteroidetes – 2 à 65% de la population microbienne, dont Prevotella.

Les espèces moins abondantes comprennent les protéobactéries, les actinobactéries et les fibrobactéries. Le microbiote équin comprend également des espèces de levures, comme Saccharomyces boulardii et des champignons qui contribuent également à la digestion des aliments et fournissent des nutriments au cheval.

La dysbiose chez le cheval

La dysbiose est un terme général désignant un déséquilibre important du microbiote intestinal qui a des répercussions négatives sur la santé et la fonction du tube digestif.

Plusieurs facteurs peuvent entraîner ou être associés à la dysbiose :

Des changements au régime alimentaire

La cause la plus fréquente d’un changement radical du microbiote du cheval est une modification de son alimentation.

Changer d’un régime à base de fourrage à un régime à haute teneur en céréales contenant des amidons et des sucres rapidement fermentables entraîne des perturbations importantes des populations bactériennes du gros intestin.

Dans une étude, l’ajout d’orge, riche en amidon, à la diète de poneys a augmenté les nombres des lactobacilles et des streptocoques dans le cæcum et le côlon en seulement 29 heures. Ce phénomène s’est produit lorsque l’orge représente 30 ou 50 % du régime alimentaire. [9]

Le changement des populations microbiennes dans cette étude a été suffisant pour modifier le rapport des acides gras volatils produits par les microbes dans le gros intestin. Les changements dans l’apport des acides gras volatils peuvent affecter le métabolisme énergétique du cheval.

Les médicaments

L’administration d’antibiotiques, notamment la pénicilline, les céphalosporines ou les fluoroquinolones, peut provoquer des déséquilibres dans le microbiote intestinal équin. L’utilisation d’antibiotiques peut provoquer la colite ou une inflammation de la muqueuse intestinale, ce qui peut entraîner d’autres problèmes, comme la diarrhée.

Après la prise d’antibiotiques, il faut au moins 25 jours pour que la composition microbienne retourne à son profil prétraitement. Cela peut permettre aux bactéries pathogènes, comme la salmonelle et la C. difficile, de prendre le dessus. [10]

L’ajout d’un probiotique au régime alimentaire lorsque les chevaux sont sous antibiotiques pourrait aider à prévenir la dysbiose pendant et après le traitement.

Le stress

Tout ce qui provoque du stress chez les chevaux peut avoir un impact sur le microbiote.

Une étude qui simulait une fin de semaine à un concours hippique dans un environnement inconnu a montré des changements dans la diversité du microbiote et des modifications du profil microbien. [11]

Une autre étude a analysé plusieurs facteurs susceptibles de provoquer du stress pour déterminer s’ils modifieraient le microbiote. L’étude a démontré que 8 heures de transport étaient suffisantes pour modifier certaines classes de microbes. [12]

Les chercheurs ont également montré qu’un jeûne de 12 heures entraînait des modifications du profil microbien. De longues périodes de jeûne peuvent se produire pendant le transport vers et au retour des compétitions.

Les chevaux qui subissent une intervention chirurgicale sous anesthésie peuvent également subir des altérations du microbiote intestinal.

Cependant, ces études n’ont pas évalué les effets sur la santé et la performance. Il reste à savoir si les modifications microbiennes dues au transport et au jeûne ont des effets directs sur les performances en compétition.

Vermifuge

Les vermifuges qui contiennent des anthelminthiques pour éradiquer les parasites intestinaux peuvent entraîner des modifications importantes de l’environnement intestinal, notamment des changements dans les populations microbiennes. [2]

L’ajout d’un probiotique au régime alimentaire avant et après l’administration de vermifuges pourrait aider à prévenir les problèmes intestinaux qui sont souvent associés à l’administration de ceux-ci.

L’obésité

Les recherches montrent que les chevaux obèses ou en surpoids ont des profils microbiens différents de ceux des chevaux maigres ou au poids santé.

Chez les chevaux obèses, l’abondance fécale des Bacteroidetes est plus faible et celle des Firmicutes plus élevée que chez les chevaux non obèses. [6]

Certaines bactéries n’ont été retrouvées que dans chacune des catégories de poids (maigre, santé et obèse). [6]

Plus de recherches doivent être menées pour comprendre ces différences. On ne sait pas si la différence dans la population bactérienne est une cause ou un résultat du surpoids et si la supplémentation en probiotiques peut être utilisée pour adresser l’état corporel.

Les probiotiques pour les poulains

Les poulains (<1 an) ont un système digestif immature et développent leur microflore intestinale.

Certaines études montrent des avantages de supplémenter des probiotiques, [13] tandis que d’autres montrent des effets négatifs des probiotiques [14] pour traiter la diarrhée chez les poulains.

Consultez avec un vétérinaire si vous envisagez de donner des probiotiques à un poulain.

Les suppléments probiotiques pour chevaux

Mad Barn propose trois suppléments alimentaires pour chevaux qui contiennent des probiotiques : Optimum Probiotic, Optimum Digestive Health Pellets, et Visceral+.

Optimum Probiotic

Optimum Probiotic est une formule hautement concentrée d’un mélange pur de 5 souches de bactéries bénéfiques. Il fournit 20 milliards d’UFC viables par portion pour un coût aussi bas que 0,24 $ par jour.

Ce supplément est formulé pour le maintien de la santé intestinale et pour prévenir les troubles digestifs avant qu’ils ne surviennent chez votre cheval. Optimum Probiotic peut également aider les chevaux qui ont besoin de prendre du poids et est recommandé pour tout cheval avant et après un traitement d’antibiotique ou de vermifuge.

Optimum Supplément probiotique pour les chevaux
  • 20 milliards d'UFC par portion
  • Probiotique pur sans agents de remplissage
  • Mélange de cinq souches bénéfiques
  • 10 dollars seulement pour un mois

Optimum Digestive Health

Pour les chevaux qui ont besoin d’un soutien intestinal supplémentaire, Optimum Digestive Health de Mad Barn fournit un mélange de probiotiques, prébiotiques, enzymes et nucléotides pour optimiser la santé de l’intestin et l’absorption des nutriments. Chaque portion contient 80 milliards d’UFC de bactéries et de levures bénéfiques.

Optimum Digestive Health est conçu pour protéger l’ensemble du tractus gastro-intestinal de votre cheval, en soutenant la fonction immunitaire et l’efficacité alimentaire. Il agit des manières suivantes :

  • Stabilise le microbiote intestinal pour réduire le risque de troubles digestifs, de dysfonctions et de coliques.
  • Il augmente les niveaux d’enzymes intestinales qui participent à la digestion des aliments.
  • Fournit des cultures bactériennes qui peuplent l’intestin postérieur et participent à la fermentation des fibres.
  • Contient des modulateurs immunitaires qui renforcent et régulent les défenses immunitaires.
  • Source de liants de toxines qui éliminent les substances nocives avant qu’elles ne pénètrent la paroi intestinale et ne soient absorbées par votre cheval.
Optimum Digestive Health Supplément équin
  • Prébiotiques, probiotiques et; enzymes
  • Stimulation du développement des entraves
  • Combat les toxines nocives
  • Couverture complète de l'intestin

Visceral+

Visceral+ est une solution nutritionnelle compréhensive pour les chevaux atteints du syndrome d’ulcère gastrique équin et d’autres problèmes gastro-intestinaux. Visceral+ a fait l’objet d’études cliniques et a démontré son efficacité pour les chevaux souffrant d’ulcères.

Visceral+ contient des quantités élevées de probiotiques et de levure, ainsi que d’autres nutriments et d’herbes qui aident à restaurer l’intégrité du microbiote et de la paroi de l’estomac.

Visceral+ est fréquemment utilisé chez les chevaux sujets à l’ulcération ou à l’irritation de l’intestin, à la diarrhée, à la colite et aux maladies inflammatoires de l’intestin. Il peut être administré en conjonction avec le traitement GastroGard (oméprazole) ou utilisé seul à titre préventif.

Visceral+ offre une protection complète de l’estomac au côlon, avec des ingrédients de pointe qui favorisent le confort gastro-intestinal, nourrissent le microbiote et diminuent la charge pathogène.

Visceral+ Supplément sur les ulcères pour les chevaux
  • Effet positif sur les ulcères testé en clinique
  • Rétablit l'intégrité de la muqueuse intestinale
  • Empêche la récurrence des troubles gastriques
  • Fait à 100% d'ingrédients naturels sûrs

Manque-t-il quelque chose dans l’alimentation de votre cheval?

Identifier les manques dans le programme alimentaire de votre cheval pour optimiser son bien-être.

Références

  1. Pyles, MB et al. Effect of probiotics on antibiotic-induced changes in fecal bacteria of horses. J Equine Vet Sci. 2017.
  2. Kunz, Isabelle et al. Equine Fecal Microbiota Changes Associated With Anthelmintic Administration. J Equine Vet Sci. 2019.
  3. Furr, Martin. Orally Administered Pediococcus acidilactici and Saccharomyces boulardii–Based Probiotics Alter Select Equine Immune Function Parameters. Equine Vet J. 2014.
  4. Weese, JS et al. Changes in the Faecal Microbiota of Mares Precede the Development of Post Partum Colic. Equine Vet J. 2015.
  5. Destrez, Alexandra et al. Changes of the Hindgut Microbiota Due to High-Starch Diet Can Be Associated With Behavioral Stress Response in Horses. Physiol Behav. 2015.
  6. Biddle, Amy et al. Microbiome and Blood Analyte Differences Point to Community and Metabolic Signatures in Lean and Obese Horses. Front Vet Sci. 2018.
  7. Salem, Shebl et al. Variation in faecal microbiota in a group of horses managed at pasture over a 12-month period. Scientific Reports. 2018.
  8. Julliand, V. and Grimm, P. HORSE SPECIES SYMPOSIUM: The Microbiome of the Horse Hindgut: History and Current Knowledge . J Anim Sci. 2016.
  9. de Fombelle, A. et al. Feeding and microbial disorders in horses: 1-effects of an abrupt incorporation of two levels of barley in a hay diet on microbial profile and activities. J Equine Vet Sci. 2001.
  10. Kauter, Anne et al. The gut microbiome of horses: current research on equine enteral microbiota and future perspectives. Animal Microbiome. 2019.
  11. Perry, Erin et al. Effect of Road Transport on the Equine Cecal Microbiota. J Equine Vet Sci. 2018.
  12. Almeida, Maria et al. Intense Exercise and Aerobic Conditioning Associated with Chromium or L-Carnitine Supplementation Modified the Fecal Microbiota of Fillies. PLoS One. 2016.
  13. Swarthout, H et al. Effect of probiotic administration on diarrhea incidence, severity, and the fecal microbiome in neonatal foals. J Equine Vet Sci. 2017.
  14. Stroebel, Christina et al. Effects of Oral Supplementation of Probiotic Strains of Lactobacillus Rhamnosus and Enterococcus Faecium on Diarrhoea Events of Foals in Their First Weeks of Life. J Anim Physiol Anim Nutr. 2018.
  15. Schoster, A et al. Probiotic Use in Horses – What is the Evidence for Their Clinical Efficacy?. J Vet Intern Med. 2014.