Si vous avez lu mon article précédent sur ce blog, vous avez maintenant une meilleure compréhension de la biomécanique du sabot. Une fourchette en bonne santé est un élément clé d’une biomécanique optimale et l’un des secrets pour qu’un cheval soit performant sans ses fers.

Une mauvaise santé de la fourchette est-elle responsable de la claudication ?

Selon l’American Farriers Association, 80 % des chevaux échoueraient à un examen de claudication (2). Un chiffre assez impressionnant mais qui correspond à une triste réalité. Je tombe régulièrement sur des chevaux dont les foulées sont trop courtes et inconstantes et qui avancent avec “la pince d’abord”.

Bien que ces chevaux n’aient pas de façon évidente la “tête branlante” lorsqu’ils sortent, ils sont boiteux – c’est juste qu’ils sont tout aussi boiteux sur leurs deux pieds. Si un vétérinaire applique un bloc nerveux sur un pied, ils commencent à claudiquer sur l’autre, ce qui met leur douleur en évidence.

Je suis également d’accord avec les docteurs Bowker et Taylor, qui estiment que de nombreux vétérinaires, maréchaux-ferrants et propriétaires de chevaux ne savent pas reconnaître les fourchettes sous-développées. Nous voyons souvent des fourchettes faibles et malades, mais ce n’est pas parce que le phénomène est répandu qu’il est normal.

Cela veut seulement dire que la plupart des chevaux n’ont jamais eu la chance de développer une fourchette adéquate. Il y a 10 ans, j’aurais été incapable de déterminer la qualité d’une fourchette.

Les meilleures que j’aie jamais vues étaient sur des chevaux sauvages lors d’un atelier d’anatomie à l’université Auburn en Alabama. C’est en examinant leurs sabots que j’ai compris à quoi devrait ressembler une bonne fourchette et je m’efforce maintenant de développer les mêmes à la fois sur les chevaux de mes clients et sur mes propres chevaux.

Exemples de bonnes fourchettes sur des chevaux domestiques :

wide healthy froghealthy frog wide heels

Exemples de mauvaises fourchettes :

deep thrushnavicular

Ce cheval avec des problèmes naviculaires et de toute évidence il n’utilisait pas la partie arrière de son pied. La fourchette en mauvaise santé a sans aucun doute contribué à ses problèmes de claudication.

Comment les chevaux sauvages développent-ils de si bonnes fourchettes ?

Pour le dire simplement : grâce au mouvement. Ces chevaux se déplacent beaucoup sur des terrains durs et variés et bougent avec le talon d’abord. Le fait qu’ils n’aient jamais à rester debout dans l’urine, le fumier et la boue ne leur fait pas mal non plus à ce niveau(là. Comme l’explique le pareur K.C. Lapierre, une bonne stimulation favorise une bonne croissance (3). En bref, sortez vos chevaux !

Peu importe la propreté de vos écuries, elles confinent votre cheval (moins de mouvement, moins de circulation sanguine) et les tapis et les copeaux mous empêchent les tissus des fourchettes de s’endurcir. Rappelez-vous que les sabots s’adaptent à leur terrain. La même règle vaut pour les fourchettes.

Les chevaux domestiques passant leur vie sur un sol meuble courent le risque de ne jamais développper les énormes fourchettes dures des chevaux sauvages vivant dans des régions rocheuses arides. Certes, ils n’en auront peut-être pas besoin non plus s’ils sont montés sur des circuits intérieurs moelleux. Mais plus leurs fourchettes sont bonnes, plus elles seront saines tout au long de leur vie.

Une bonne nutrition joue également un rôle essentiel. Lorsque les chevaux souffrent du syndrome métabolique équin (traduction : lorsqu’ils sont gras !) et / ou manquent de vitamines et de minéraux équilibrés dans leur alimentation, ils sont souvent victimes infections comme le muguet (tout comme les diabétiques humains luttent contre des infections des pieds, d’ailleurs). Si votre cheval est touché par le muguet malgré une bonne hygiène des sabots, je vous suggère de revoir son alimentation.

Comprendre la fourchette de l’intérieur et de l’extérieur

Nous savons tous comment localiser la fourchette de l’extérieur, mais vous-êtes vous déjà demandé quelles zones elle aide à protéger à l’intérieur du sabot ? La fourchette est située sous le coussin plantaire et entre les cartilages latéraux. Elle s’étend vers l’avant en direction de la pince et aide à amortir la zone où le tendon fléchisseur profond se fixe à l’os du pied (P3).

N’oublions pas que l’os naviculaire, la suspension proximale et les ligaments sésamoïdiens se trouvent juste au-dessus de l’endroit où la fourchette se rétrécit. Il s’agit d’une zone fragile du pied, et la fourchette joue un rôle essentiel dans sa protection.

Les recherches du docteur Bowker (1) montrent qu’une sollicitation excessive de la zone naviculaire peut endommager le ligament sésamoïdien fragile qui relie l’os naviculaire à l’os du pied.

anatomie du sabot

Maintenant que nous savons tout cela, nous comprenons mieux pourquoi une fourchette épaisse et en bonne santé aidera à accomplir quatre choses :

  • Une meilleure biomécanique car le cheval fera reposer le poids de son corps sur la fourchette plutôt que sur la pince
  • Un amortissement de la fragile région naviculaire
  • Une meilleur absorption des chocs et, vraisemblablement
  • Moins de claudication

La prochaine fois, je vous donnerai des stratégies pour améliorer, maintenir et développer une fourchette en santé.

Références

  1. Robert M. Bowker, VMD, PhD, The concept of the good foot, it’s evolution and significance in a clinical setting, Care and rehabilitation of the Equine foot 2-35, 2006
  2. American Farrier’s Journal Nov. 2000, v.26 #6
  3. Biomechanics to a better hoof, The Horse’s Hoof, issue #31, summer 2008